désaccord

30) Coup de gueule contre notre constructeur

crier

 

Jusque là, nous avons été bien gentils et patients mais là ça en est trop : ces silences, ces réponses tardives (jusqu’à 8 mois pour un simple courrier), ces erreurs qui nous font perdre un temps fou et surtout cette impression que notre constructeur repousse constamment l’échéance de commencement des travaux nous agacent.

 

Conversation téléphonique

Le 20 octobre 2017, durant une énième conversation téléphonique avec le Responsable du centre technique,  nous lui faisons part de notre mécontentement quant à la gestion de notre dossier.  Nous lui répétons que nous  ne souhaitons pas prendre en charge l’étude de sol dîte « complémentaires » . Voyant que nous restions sur notre position, il  change de sujet et nous dit que si nous estimons « que son équipe ne fait pas son travail, qu’elle freine l’avancée de notre dossier, qu’elle est incompétente », etc, etc. (Or nous n’avons jamais tenu de tels propos)…«que nous avions qu’à…. « Un instant !» Je lui demande de répéter sa phrase pour que mon compagnon puisse écouter ce qu’il a dire.

Suspicieux, il nous a tout de suite dit que nous pouvions l’enregistrer, car il n’a rien à cacher. Comme si nous allions nous rabaisser à ça. Et après il viendra dire que c’est nous qui sommes paranos!

 

(Suite conversation)

  • « qu’à quoi? ».
  • « Qu’à faire un choix ! »
  • « C’est à dire ? Qu’est-ce que vous sous-entendez par là? »
  • « Eh bien…….vous,…. pouvez rompre le contrat et chercher un autre constructeur».
  • « Ah ! nous comprenons mieux pourquoi vous repoussez le commencement des travaux maintenant, en fait vous espérez que l’ont rompt le contrat !
  • « Mais pas du tout, vous interpréter tout à l’envers. Et puis arrêtez de dire que nous faisons traîner les choses parce que normalement l’OS se fait en 1 fois et vous l’avez faîtes en 2 fois. »
  • « Oui et alors, vous voulez dire que c’est de notre faute ? »
  • « Je n ‘ai pas dit ça, vous déformez mes propos » Il faut dire qu’il ne cesse de nous reprocher d’avoir fait 2 OS. Ce n’est ni de la faute du Technicien ni de la nôtre. Un OS ne peut se faire en ½ journée à moins de choisir un modèle de base sans options.
  • « Nous ne vous ferons pas ce plaisir, Monsieur , nous nous sommes donnés à fond dans ce projet. Nous avons effectué toutes les démarches que vous étiez censés faire d’ailleurs ; de l’élaboration du plan , aux démarches administratives. Nous croyons en notre projet. Par contre, si vous n’y croyais pas, faîtes nous un écrit en nous indiquant les raisons».
  • « Mais j’y crois, madame, on va aller jusqu’au bout, ça ne sert à rien de polémiquer » ça nous rappelle les paroles de notre 1ère commerciale qui nous a laissé tomber
  • « eh bien nous vous demandons de faire le nécessaire, parce que ça devient pesant d’attendre, ça fait 2 ans qu’on est sur ce projet, il est temps qu’il débute »
  • « Oui mais si vous faîtes des modifications à chaque fois »
  • « comment ça, se sont les modifications de l’OS, ça sert à ça non ?

Il y avait des oublis aussi bien de notre côté que de celui du constructeur. De plus ces demandes de modifications ont été adressées par email depuis le 20 septembre 2017 (il y a donc 1mois)

  • « Écoutez, madame, on fait le nécessaire, vous allez recevoir vos plans et avenants qu’il faudra nous renvoyer signer »



Comme nous tournions en rond et que cette conversation ne menait à rien, nous avons décidé mutuellement d’écourter la conversation en nous saluant « poliment».

Le Responsable Technique ne manquera pas de me faire remarquer que nous ne sommes pas les seuls clients et qu’ils ont beaucoup de dossier à gérer.

Encore une fois ! Ça fait 2 ans que nous entendons cette phrase des commerciaux aux techniciens en passant par la chargée de clientèle de l’époque. Je veux bien croire qu’ils ne travaillent pas forcément dans de bonnes conditions et qu’on ne leur donne pas les moyens d’avancer plus vite (1 seul dessinateur pour toute l’île de France + manque de personnel) mais en attendant c’est nous qui subissons.

 

Les constructeurs ont le don de vous faire culpabiliser et de vous renvoyer la faute. C’est dingue !


CONSEIL : Ne vous laissez pas piétiner, c’est votre projet, vous savez ce que vous voulez et ne voulez pas. Aussi éviter toutes communications orales inutiles et exigez un écrit du constructeur (email ou courrier).

 

Lire la suite →

Publié par lyly admin de construire-avec-top-duo.fr dans RECIT, 2 commentaires

29) Etude de sol « COMPLEMENTAIRE »

Etude de sol complémentaire

étude de sol complémenataire top duo

 

Le 14 septembre 2017, nous recevons en LRAR, les avenants de moins value effectués à notre demande lors de l’OS* + 1 autre avenant à 0€ qui stipule que :

 

« Suite à la demande de la mairie de changement d’implantation de la construction, nous sommes en attentes de la validation de Batigéoconseil à savoir si une seconde études de sol est nécessaire à la charge du maître d’ouvrage, à fournir avant le démarrage des travaux. Suite à la première étude (fournie par le maître d’ouvrage, réalisée par Batigéoconseil. Les fondations seront en semelles filantes ELS (40x40cm) dont l’assise sera vers 1,60m soit 5 rangs de parpaings en plus des semelles) »

 

Aussi, un devis de BATIGEOCONSEIL pour une étude de sol “complémentaire à 1400 € est joint au courrier. Ce qui nous étonne c’est que ce devis est édité à notre nom alors que nous n’avions rien demandé à cette société. QUEL CULOT ! Notre constructeur à effectué cette demande de devis auprès de cette Société en lui précisant bien d’indiquer nos noms. Nous refusons catégoriquement de payer 1 centime de plus et adressons au siège social, un courrier de contestation en recommandé, le 22 septembre 2017, en leur rappelant que nous avons déjà payé une étude de sol à 2800€.

 

 

Tentative de retournement de cerveau

 

Le 19 octobre 2017, après de multiples relances, nous arrivons à avoir en ligne le Responsable du Service Technique. La conversation est plutôt mouvementée, nous sommes face à un mur qui nous coupe la parole à chaque fois que nous voulons en placer une, mais nous ne nous laissons pas intimider. Selon lui, les articles 231.5 et 231.6 du code de la construction et de l’habitation démontre que l’étude de sol est à la charge du maître d’ouvrage.

 

FAUX! En voici la preuve ci-dessous :

 


Article R*231-5 du CCH

  • Modifié par Décret n°91-1201 du 27 novembre 1991 – art. 1 (V) JORF 29 novembre 1991

Pour l’application du d de l’article L. 231-2, le prix convenu s’entend du prix global défini au contrat éventuellement révisé ; il inclut en particulier :

1. Le coût de la garantie de livraison et, s’il y a lieu, celui de la garantie de remboursement ;

2. Le coût du plan et, s’il y a lieu, les frais d’études du terrain pour l’implantation du bâtiment ;

3. Le montant des taxes dues par le constructeur sur le coût de la construction.


 



Il continue de nous tendre le bâton pour se faire battre en précisant que demander une étude de sol avant de signer un CCMI n’est pas illégal mais ça le devient s’il nous la réclame après signature du CCMI. « Ah oui?  et qu’est-ce que vous êtes en train de faire ? ». « là c’est différent, madame, puisqu’il s’agit d’un “complémentde la 1ère étude de sol ». Vous l’aurez compris, il joue sur les mots mais cela ne change rien. Nous l’invitons à se renseigner auprès de son service juridique. Qu’elle soit complémentaire ou non, l’étude de sol est à la charge du constructeur.

 

 

Changement d’avis

 

Il nous confirme ne pas vouloir prendre l’étude de sol à son compte et que si nous refusons également de la payer il s’en tiendra à la 1ère étude de sol. « Tiens, lui qui estimait nécessaire d’avoir le feu vert de la Sté BATIGEOCONSEIL pour commencer les travaux, à subitement changé d’avis ? ». Nous lui demandons alors, pourquoi ce n’est plus si important de faire cette étude de sol, il nous répond qu’il connaît son travail et qu’il prendra les mesures nécessaires pour réaliser de bonnes fondations.

Nous lui répondons que ce qui nous inquiète, c’est qu’il préconise des semelles filantes 40×40 alors que le Technicien de BATIGEOCONSEIL préconise des semelles 60×60 minimum. Il a le culot de nous répondre que c’est écrit nulle part dans le rapport de l’étude de sol. Alors que ça l’est !

Mon mari et moi-même déciderons plus tard, de contacter BATIGEOCONSEIL pour nous aider à interpréter cette fameuse étude et obtenir un courrier de confirmation que nous obtiendrons…

 

*O.S. : Ordre de Service


CONSEIL : Prenez soin de vérifier la véracité des informations transmises par votre constructeur et vos différents interlocuteurs.

 

Lire la suite →

Publié par lyly admin de construire-avec-top-duo.fr dans RECIT, 0 commentaire