ferraillage

64) Le vide sanitaire

Vous pouvez modifier la qualité de la vidéo en cliquant sur l’écrou en bas à droite de la vidéo.

 

 

 

 Dès le lendemain, le 16 juillet 2018 nous nous rendons sur le terrain.

Voilà, les parpaings du vide sanitaires sont montés. Il aura fallu moins d’ 1 jour et demi aux maçons pour réaliser le vide sanitaire. Chapeau bas!

Contents mais surpris par la rapidité des maçons, nous observons leur travail  :

 

Vous pouvez modifier la qualité de la vidéo en cliquant sur l’écrou en bas à droite de la vidéo.

 

 

  • L’arase étanche est bien présente

 

 

 

 

  • un parpaing  fissuré :

 

 

 

  • les planelles ne sont pas alignées,

 

  • Certaines attentes sont trop courtes, tordues  voire absentes

 

 

le 19 juillet 2018, nous adressons par email et quelques photos au Responsable du centre technique afin de lui faire part de nos observations :

  • celles énumérées ci-dessus,
  • absence de trous de purge,
  • absence de ventilation,
  • Présence d’eau dans les trous  effectués lors de l’étude béton

Nous lui demandons de « veiller soigneusement à la construction de notre maison et de faire en sorte que les maçons appliquent les recommandations de l’étude de sol et des DTU« .

 

 

 

Le 24 juillet 2018 , nous recevons la réponse à notre email. Le Responsable du centre technique (CDT*) tente de nous rassurer en précisant que :

  • « les travaux sont en cours et que le nécessaire sera fait ».
  • « Les armatures des poteaux raidisseurs sont réalisées avec les épingles 2HA10 ( 2 filantes) ».
  • « les ventilations seront réalisées et la résistance des parpaings posés ».

Afin de discuter de nos remarques, il nous propose un rendez-vous sur le terrain.

 

Les vacances approchant, le 25 juillet 2018,  nous lui adressons un email, pour savoir quand il envisage de se rendre sur notre terrain et ainsi le rencontrer. Nous n’obtiendrons pas de réponse!

A la rentrée septembre, le rendez-vous sera fixé le 25 septembre 2018, lors de notre rendez-vous visite chantier 2ème appel de fond – « achèvement des murs » (article à venir). C’est d’ailleurs ce jour là que les finitions du vide sanitaire seront faîtes.

 

Que deviennent les fameux trous?

 

 

Lors de nos différentes visites , nous observons l’évolution des trous de l’étude béton. Au fil du temps, ceux-ci sont recouverts de terre.

Nous demandons donc aux maçons présents s’ils ont retiré l’eau et qu’est-ce qu’ils comptent faire concrètement. En bref, s’ils ont reçu des indications particulières à ce sujet.

Ils nous répondent que « ce n’est pas grave puisque le trou est situé à 20cm du mur« . Euh comment dire, nous ne sommes pas rassurés pour autant, ça fait tout de même parti des fondations !

Voir la vidéo

 

Face à leur réponse, nous décidons d’adresser un email au Responsable du centre Technique afin de savoir ce qu’il envisage de faire. Ce dernier nous rappelle et nous affirme que ces trous seront pompés et recouvert de béton. Mais est-ce suffisants!

 

Et vous, que pensez-vous de notre vide sanitaire?

A vos commentaires!

 

*CDT : Conducteur De Travaux


CONSEILS : Surveillez au plus près votre chantier et n’hésitez pas à signaler, par écrit, à votre conducteur de travaux  vos observations (copie au siège social). Nous vous le rappelons qu’il n’y a pas de questions bêtes!
Sachez que les conducteurs de travaux ne sont pas H 24 sur votre chantier, vous pouvez donc très bien observer des oublis, malfaçons ou autres…  que lui, n’aurait pas pu détecter.

 

 

 

Publié par Topduo and family dans RECIT, 0 commentaire

44) Janvier 2018, nouvelle année

Bonne année cher(e)s lecteurs et lectrices!!!!

Nous vous souhaitons plein de beaux projets.

Nouvelle année

 

…Mais c’est aussi la rentrée avec TOP DUO. Nous espérons que cette année sera meilleure que les précédentes et que notre construction va enfin avancer. Cela fait  plus de 2 ans et demi que nous avons commencé notre projet avec TOP DUO, nous espérons donc avoir notre maison pour cette fin d’année.

 

Le 4 janvier 2018, nous recevons l’appel de notre conducteur de travaux qui nous informe que les maçons ont pompé, hier, l’eau qui stagnait dans nos fondations. Malheureusement en raison du temps pluvieux cela n’a pas servi à grand chose. Il nous assure que le chantier suivra son cours la semaine prochaine car la météo annonce un temps plus favorable, que les ouvriers pomperont l’eau de nouveau et gratteront la terre qui est retombée sur les fondations. Nous l’informons de notre inquiétude concernant les fondations car les fouilles ont été creusée sur 2 jours avant coulage du béton.

De ce fait, des éboulements se sont produits et de leau était présente dans une partie des fonds des fouilles. Il nous répond que pour lui, « il n’ y a pas de soucis », que les vidéos et photos (que nous n’avons jamais vu!) qui lui ont été adressées par les maçons avant, pendant et après le coulage du béton l’attestent. Nous sommes surpris car nous étions présents tous le long et à aucun moment nous les avons vu prendre des photos et encore moins des vidéos. Bref, comment peut-on juger de la qualité du travail effectué sur photo ? cela ne nous rassure pas du tout car nous craignons que la qualité du béton ait été altéré par la terre et l’eau.


Le 6 janvier 2018, nous recevons une LRAR de TOP DUO AST Groupe, en réponse à nos courriers du 12 et 18 décembre 2017 . Il est écrit :

« Nous vous informons que les fondations et coulage béton ont été réalisés dans les règles de l’art tel que le montre nos photos et vidéos. « Tiens les nôtre prouvent le contraire ! » « De plus les événements climatiques n’ont pas altérés nos travaux et nous ferons un nettoyage du chantier avant l’élévation ……Si toutefois vous avez des doutes sur la réalisation de votre ouvrage, vous pouvez vous faire accompagner d’un professionnel du bâtiment lors de vos rendez-vous de chantier » ah oui? pour une fois qu’il nous donne un bon conseil ! Ce n’est pas rentré dans l’oreille d’un sourd !

Nous y avions déjà pensé. Mais là, vu la réponse qui nous a été faîtes nous sommes plus que motivés et commençons nos recherches d’ experts.

 

Le 7 janvier 2018, encore une fois, nous nous rendons sur le terrain pour juger de l’état des fondations. Eh bien, rien a changé, elles sont dans le même état qu’au mois de décembre. Le vent a visiblement soufflé très fort sur le terrain.

Résultat :

  • les pancartes sont éventrées,

  • les sacs de sables renversés,

  • 2 ferraillages tordus (Bon ils sont comme ça depuis le 10 décembre 2017, mais là, c’est de pire en pire)
     

Cliquez sur le diapo pour faire défiler les images plus vite

 

le 11 janvier 2018, nous recevons l’appel de notre conducteur de travaux qui nous rappelle que l’appel de fond n’a pas encore été réglé. « Eh bien nous vous avons adressé une LRAR (le 18 décembre 2017) dans laquelle nous demandions une visite chantier pour constater l’état d’achèvement  et nous sommes toujours en attente». Il nous propose alors une date, rendez-vous est pris pour le mercredi 17 janvier 2018.

 

VISITE CHANTIER

Appel de fond « Achèvement des fondations »

Mercredi 17 janvier 2018, nous nous rendons à notre rendez-vous terrain avec le conducteur de travaux. Premiers sur les lieux, nous constatons qu’il y a encore plus d’eau, il est donc impossible de voir les fondations. Fort heureusement nous étions présents lors de 1a première étape et avons pu voir le coulage du béton jusqu’à hauteur des piquets délimitant la profondeur des fouilles (50cm). Même si cela n’a pas été fait dans les règles de l’art (signalé au constructeur par LRAR), nous avons le rapport de l’expert qui nous protège en cas de problème.

Notre conducteur de travaux à l’air surpris de découvrir une « piscine » comme il le dit si bien. Effectivement, il y a près de 30cm d’eau. Il nous explique que :

  • toute cette eau sera pompée ce lundi 22 janvier 2018,
  • la terre éboulée sur les 4 façades sera retirée,
  • qu’il s’assurera que tout est bien sec avant de commencer le vide sanitaire.

Nous l’espérons car de toute façon, nous serons bien là pour vérifier que tout se fasse correctement.

 

 

ETAT DU CHANTIER

Ensuite, vient le sujet qui nous tient à cœur : le respect de l’étude de sol. Nous lui demandons s’il a obtenu une réponse du Responsable technique au sujet du drain qui doit être posé. Il nous répond ne pas lui en avoir encore parlé. Nous lui demandons donc à ce qu’il relance et à s’en tenir à l’étude de sol et attendons leur réponse. ATTENDRE, un mot que l’on connaît si bien.

Nous avions soigneusement préparé un procès verbal (compte rendu de réunion signé des 2 parties) en double exemplaire. Sur ce dernier, nous avons notés toutes nos questions et remarques :

  • Les fondations sont noyées sous 30 cm d’eau, qu’envisagez-vous de faire?

  • 2 ferraillages situés sur le pignon droit sont tordus

  • Le drain est absent et nous estimons qu’il doit être fait conformément à l’étude de sol.

  • Éboulement de terres sur les fondations plus particulièrement sur la façade arrière et sur la limite séparative

Le conducteur de travaux signe notre procès verbal, puis , quelques minutes plus tard, nous tend un document « Compte rendu visite chantier » sur lequel ont été reportés les points que nous venons de relever. Nous le signons, à notre t après avoir lu les petits caractères situés en bas de page, biensûr. 🙂  eh oui on devient parano avec TOP DUO!

De retour à la maison, nous adressons au CREDIT FONCIER, une demande de déblocage de fond par email.




Depuis notre visite chantier du 17 janvier 2018, nous n’avons toujours pas de nouvelles de notre conducteur de travaux. Le 29 janvier 2018, nous tentons de le joindre par téléphone, en vain. En même temps vu la météo (temps pluvieux) nous doutons que les maçons aient effectué le pompage, cette semaine, comme il était convenu. Nous contactons alors notre futur voisin. Qui, lui, nous informe qu’il y a 3 personnes qui sont intervenues sur notre terrain pour pomper l’eau le samedi 27 janvier 2018 . Aussi du matériel aurait été livré pour continuer les travaux.

Nous décidons alors d’aller constater par nous même.

Effectivement,

  • il y a moins d’eau , mais les fondations sont pleines de terres éboulées.

  • du matériel a été livré visiblement des parpaings pour monter le vide sanitaire, ainsi que des gaines (noire, rouges et vertes) et tuyaux de canalisation.

  • Le chantier  est à l’abandon. Il y a des déchets un peu partout. On dirait une déchetterie!

Nous craignions que les maçons commencent à monter le vide sanitaire sans poser le drain, sans pomper l’eau et sans enlever la terre éboulée. Fort heureusement il n’y avait personne.

 

Cliquez sur le diapo pour faire défiler les images plus vite


CONSEIL : Même s’il n’ y a pas d’activité sur votre chantier, n’hésitez pas à vous rendre sur les lieux. Sans oublier votre appareil photo

 

Lire la suite →

Publié par Topduo and family dans RECIT, 0 commentaire

39) Le terrassement et les fondations

terrassement

 

Le 7 décembre 2017 au matin, nous nous rendons sur le terrain pour suivre l’avancée du chantier. Sont présents, le pelleteur et un collègue qui nous expliquent qu’ils ont été obligé de mettre de la terre à l’arrière du terrain. Nous lui faisons part de notre mécontentement. Nous avions bien signalé la veille au soir au Terrassier et à notre conducteur de travaux que nous souhaitions que la mauvaise terre soit mise en avant et que la terre végétale soit mise à l’arrière.

Nous nous rendons compte qu’il y a énormément de terre à évacuer et avons l’impression que rien n’a été fait ou du moins que la quantité de terre annoncée par le terrassier n’a pas été évacuée. Le pelleteur nous explique qu’avec le foisonnement, la terre est plus volumineuse; Nous le savons très bien et avons d’ailleurs multiplié par l’indice 1,3 le volume de terre lors de notre demande de devis. Il continue en nous expliquant qu’il ne peut pas continuer à travailler car il manque de place et nous conseille d’appeler son employeur. Pourtant il y avait de la place à l’avant.

Terre au fond du jardin

Terre à l’entrée

 

Nous contactons l’employeur du terrassier et lui faisons part de notre étonnement au regard de toute la terre restante sur le terrain. Celui-ci nous confirme qu’il y a bien 3 camions qui ont fait 3 aller-retour chacun. Malgré mon désaccord, mon mari lui demande s’il est possible qu’il intervienne pour évacuer le surplus de terre mais surtout combien cela nous coûtera. Il lui répond que ce sera 3000€ de plus car il faut encore évacuer 7 à 8 camions. C ‘est l’incompréhension totale, il se fout vraiment de nous ! Nous lui expliquons que hier soir le Directeur nous a dit qu’il y avait seulement 80m3 de terres à évacuer et qu’il pouvait nous faire un enlèvement à 1000€. Gêné il nous répond que de toute façon il ne peut pas intervenir et que les camions sont  sur un autre chantier. Vue sa malhonnêteté , nous ne perdons rien !

 

Avant

Après

 

Bref, pour faire de la place, nous n’avons pas d’autres choix que de couper une partie de la haie ainsi que deux arbres. Nous nous lançons avec l’aide de notre aimable vendeur de terrain qui nous a toujours soutenu. Esthétiquement c’est vraiment laid. Ensuite, le pelleteur décide alors de déplacer une partie de la terre mis à l’arrière vers l’avant. Nous nous retrouvons donc avec une deuxième montagne de terre à l’avant.

Un fermier que nous avons contacté ainsi que notre aimable vendeur de terrain vont dans notre sens et doute également de leur sérieux. Ils nous font remarquer qu’il n’y a aucune trace de roues et que le sol est propre. Comme nous, ils se demandent comment ont-ils pu évacuer hier 9 camions de 16T si seule la moitié du décapage de l’implantation a été réalisée et surtout au regard de toute la terre restante. Il est certain qu’il y a un problème et nous comptons bien découvrir le fin mot de l’histoire…

Le 8 décembre 2017, la réalisation des fouilles s’est faîte sur deux jours et le béton a été coulé le deuxième jour et non dans la foulée comme le préconisait l’étude de sol :

«la mise en place du béton, devra suivre immédiatement l’ouverture des rigoles de fondations afin d’éviter tout risque d’altération de leurs parois et assise sous l’effet des venues d’eau et de l’action des agents météoriques. Le bétonnage devra se faire a pleine fouilles sur une hauteur minimale de 0,50 m”.

 

Nous vous invitons à lire cet article publié sur Forumcontruire

Ca reflète bien ce que notre constructeur aurait dû faire.

  

 

  

Résultat : les parois sont altérées, une partie de terre est tombée sur les rigoles, il y a de l’eau dans les rigoles et malgré cela les maçons ont coulés le béton. Selon le maçon, il a fallu 3 camions toupie soit 31 m3 de béton pour faire les fondations.

 


CONCLUSION : Lors de vos visites chantier, n’oubliez pas de photographier les travaux. Même si certaines choses vous semblent banales, croyez nous, elles ne le seront pas lorsque vous souhaiterez contester certains points. Aussi, il est important d’être présent tout au long de votre construction. Si vous habitez loin, ça ne vous coûte rien de demander à vos futurs voisins de jeter un coup d’oeil sur votre chantier

 

Lire la suite →

Publié par Topduo and family dans RECIT, 0 commentaire